Hier en Corse


Corse Matin : 40 ans d'archives

Articles

1er Avril 1988 : Ajaccio : le chien de piste d'un gendarme abattu

Publié le 13 août 2018 à 15:25

Ofrex, un berger allemand de cinq ans faisait la fierté de son maitre, Jean-Marie Mialet, un gendarme de la caserne Battesti, appartenant à la section de recherches basée à Ajaccio. On ne comptait plus les opérations de secours auxquels il avait participé. Hier, leur aventure complice a été interrompue par un seul coup de feu tiré depuis l’épaisseur du maquis.

Les maitres-chiens étaient arrivés sur les contreforts du mont Sant’Angelo pour un exercice d’oxygénation. Ofrex a échappé quelques instants au regard de son maitre. On explique difficilement l’affaire. Il est en outre certain que le chien avait découvert le tireur embusqué. Que faisait-il à cet endroit ? Le mystère reste entier. (J-G Poletti -Jo Mignucci)



20 Janvier 1975 « Trahis par l'odeur du pastis »

Publié le 20 juin 2018 à 7:30

 C’est une belle prise que viennent de réussir les gardiens de la paix du corps urbain d’Ajaccio en mettant la main au collet des auteurs du vol de 888 bouteilles de pastis commis dans la nuit de mercredi à jeudi, au préjudice de la société Ricard. Quatre jeunes gens bien connus des services de polices, aidé d’un cinquième, croyaient bien avoir mis au point une méthode aussi efficace que malhonnête pour subsister. Dans leurs pérégrinations nocturnes, ils jetèrent leur dévolu sur l’entrepôt des établissements Ricard. La cargaison volée représentait une valeur de 30.000 F.

Appréhendés au cours d’un contrôle routier, ils ont finalement été confondus et méditent sans doute sur le talent et l’opiniâtreté des enquêteurs.

A bord d’une fourgonnette volée et chargée, ils circulèrent sur la route d’Alata. L’équipe est composée de René B., 19 ans, Vincent A., 19 ans, Charles L., 19 ans, Antoine Y., 20 ans, tous quatre fichés au commissariat central, et de Jules M., 25 ans, délinquant primaire. Au lieu-dit «Stiliccione », à 5 km de la sortie d’Ajaccio, le véhicule s’immobilise devant une vieille bâtisse dont les parents d’A. ont la jouissance. Le coin est isolé et la volumineuse marchandise est transportée dans les combles. Au cours du transbordement, un carton échappe des mains d’un des voleurs et plusieurs bouteilles de pastis se brisent. Les débris seront mis dans le coffre de la voiture de Manunta.

Loin de se cacher après le cambriolage, ces derniers vont continuer de sillonner les rues d’Ajaccio. Intrigués, les sous-brigadiers Sanmartini et Massini, sous les ordres du brigadier Andreani, interceptent leur véhicule en centre-ville. Invité à ouvrir le coffre, M., qui est au volant, ne se fait pas prier. La forte d’odeur d’anis vient chatouiller l’odorat des policiers. Les explications des occupants sont on ne peut plus évasives. C’est plus qu’il n’en faut pour qu’ils soient prier de gagner le commissariat.

Les suspects nient farouchement, mais les preuves sont accablantes. Au terme d’un interrogatoire, ils finissent pas « se mettre au table ».

Les policiers ont restitué à la société Ricard 66 cartons content 792 bouteilles de pastis. Interrogés sur ce qu’ils comptaient faire du produit de leur vol, ils ont répondu que c’était pour leur consommation personnelle…Dans cette éventualité peu sérieuse, ils auraient certainement légué aux enfants de leurs enfant de quoi lever leur verre…Les policiers sont convaincus qu’ils avaient l’intention de revendre la marchandise à des cafetiers peu regardants sur son origine. (J-C.L)


9 Mai 1963 : « 20 tonnes d'artichauts pour le continent »

Publié le 13 avril 2018 à 17:05

La cargaison a été chargée sur le Napoléon à destination de Marseille.



2 Novembre 1982 : "Orlando, un superbe poulain, tué par un individu armé d'un lance-pierres"

Publié le 4 avril 2018 à 5:10

En bordure de la sortie de Campo dell’oro, des chevaux de course en liberté…Parmi eux, Orlando, beau poulaine de deux ans et demi, gambade, heureux et sans méfiance. De l’autre côté de la haie, une voiture s’arrête. Un amoureux des bêtes séduit par la beauté du spectacle ? Non, un pauvre type ! Et le qualificatif n’est pas assez fort… Il tient dans sa main un lance-pierres. Le cheval est touché en pleine tempe droite. Le tir est mortel. Le cheval va subir une longue agonie, assisté par ses maîtres, M. et Mme Tolanaere, propriétaire des pépinières « Fleurs et Jardins ».

Le massacre d’un animal ne fait pas honneur à l’intelligence de l’homme. Une voiture suspecte a été aperçue en stationnement à l’endroit des faits. Les gendarmes semblent déjà suivre une piste. Encore un fait divers qui nous rappelle que nos congénères sont capables de n’importe quel aveuglement. (J-C.L)


29 janvier 1987 : "La Corse qui bouge" ou la vie quotidienne de l'ile en 1986 decoupee en tranche de papier journal"

Publié le 18 novembre 2017 à 6:05

Tous les jours depuis le 1er janvier 1986, Jean Massiani relevait et découpait dans la presse régionale ce qui lui paraissait être le plus significatif de la vie insulaire. Et ce dans tous les domaines. Ses fonctions d’attaché de prese à la « Mission Locale » en ont fait un homme averti. C’est ainsi que l’idée de tirer de cet ensemble classé de cet ensemble une exposition est née. Elle s’est concrétisée hier soir à « La Marge » sous la forme de panneaux découpant en tranches ce qu’a été la Corse en 1986. « Il ne s’agit pas d’une rétrospective très orthodoxe » explique Jean Massiani.

En fait divers, on passe des 537 attentats recensés dans l’année à l’opération humanitaire du Crédit Agricole. Le cable Ico, la banque de données touristiques par le truchement de ‘Kallistel’, l’entrée de la Corse dans le circuit des « Merveilles de l’Europe », le 30ème anniversaire de la découverte de Filitosa, la peur écologique après Tchernobyl figurent dans cette rétrospective de 1986.


 

7 mai 1974 : « Trois agneaux volés dans une bergerie de Suerta »

Publié le 12 avril 2017 à 10:50


Des maraudeurs se sont introduits l’autre nuit dans la bergerie qu’exploite M. Jean de Petriconi. Ils ont emportés trois agneaux de huit semaines. De quoi faire un bon méchoui, à peu de frais ! Il pourrait toutefois en coûter cher aux malfaiteurs si d’aventure le fumet permettait aux policiers de les débusquer…

5 février 1982 : « Bastia : l'arracheur de sacs avait 'besoin d'argent' ! »

Publié le 6 avril 2017 à 11:40


Les services de police ont mis la main sur un peu reluisant personnage. Maurice Postal, fraichement installé dans un hôtel de la ville, occupant depuis quelques jours un emploi de cuisinier, n’a rien trouvé de mieux pour meubler son temps libre que d’arracher son sac à une vieille dame sans défense sur le boulevard Paoli. Alerté par les cris, un passant à identifié le malfaiteur. Pour sa défense, il arguera avoir eu besoin d’argent. Originaire de la Loire, il n’est pas inconnu des services de police. (Corse matin) 


2 février 1982 : « Ajaccio : à qui le 'plaid' ? »

Publié le 6 avril 2017 à 11:10

 La personne qui parmi les témoins d’un accident de la route survenu le 27 décembre 1981, non loin du col de Listincone, route de Calvi, avait très aimablement recouvert d’un ‘plaid’ l’un des blessés peut récupérer celui-ci à la clinique Guglielmi, chambre 306, à Ajaccio.

1er février 1982 : Nos lecteurs écrivent : Le petit train, un rappel.

Publié le 6 avril 2017 à 11:05

« M.Charles Fiterman, Ministre des Transports, viendra en Corse bientôt. On lui prête l’intention de relancer le projet d’une ligne ferroviaire Bastia-Ghisonaccia. Je voudrais rappeler qu’à existé le projet Casamozza-Bonifacio. En juin 1914 (j’avais 12 ans), j’ai vu démaquisé le trajet par où devait passer la ligne et les trous profonds pour sonder la nature du terrain.

Deux de ces trous se trouvaient dans un champ à herbage que mon père louait. C’était le temps où les bovins étaient acheminés chaque année vers les abattoirs de Corte et de Lupino. Cinq jours pour faire le trajet de 170 km, à pied ou en cabriolet le long de la côte orientale et des nuits passées à la belle étoile dans des endroits infestés de moustiques. (Jean Luciani)

2 novembre 1997 : « Olmiccia : 900 bottes de foin partent en fumée »

Publié le 24 mars 2017 à 5:50

La commune a connu une journée mouvementée hier, et notamment la propriété de M. Susini, où sont rassemblées 900 bottes de foin d’une valeur de 30.000 F. Imaginez la désolation lorsque vers 15 heures d’immenses flammes s’élèvent de son champ. Aussitôt alerté, il appelle les pompiers de Sartène et de Levie pour limiter les dégâts. Hélas, c’est peine perdue. Les 900 bottes disparaitront en fumée sous le regard affolé du propriétaire. L’origine du feu ? Un mégot de cigarette jeté encore fumant dans le foin.

4 avril 1991 : « Bastia : Messe sur fond rock »

Publié le 18 mars 2017 à 4:55


Les jeunes de l’aumônerie fêtaient la Résurrection. Il y a bien eu quelques paroissiens un peu étonnés, mais après tout, pourquoi pas ? (Corse matin) 


9 avril 1984 : « Ajaccio : la course des garçons de café »

Publié le 21 février 2017 à 9:30

Elle fut organisée dans le cadre de la foire d’Ajaccio. Il faut croire que les garçons de café n’apprécient pas tellement les efforts soutenus, puisque deux seulement se sont présentés au départ. Freddy, du Bar Continental disputait la victoire à Mohammed, du Bar des Sports. (Corse matin)

26 novembre 1981 : « Le héron cendré de Galeria, victime d'un chasseur inconscient, n'a pu être sauvé »

Publié le 11 février 2017 à 5:05

Saura t-on un jour quel chasseur insensé prit pour cible, dans la région de Manso – Galeria, le superbe héron cendré venu chercher la grâce des hommes au Pont des Cinq Arcades, après avoir été blessé ?

Le superbe échassier est mort hier soir.(Corse matin)


 

12 mai 1988 : « Tallone : 47 brebis de 6 mois volés dans la nuit à un berger »

Publié le 5 février 2017 à 7:10

Décidément, on aura tout vu dans la région de la plaine orientale, où les malfaiteurs ne reculent devant rien, du moment où le bien mal acquis est profitable ! M. Pancrace Bonagiunta, berger demeurant à Aleria s’est vu voler ses brebis au lieu-dit Diana. (Corse matin)

25 juillet 1987 : « Tragique méprise à Cargèse »

Publié le 5 février 2017 à 6:50

Au bar du Club Méditerranée, une vacancière a avalé du détergent pour lave vaisselle à la place de l’eau minérale. Son état est jugé très inquiétant.
Mlle Antonella Galizzia, 29 ans, originaire de Milan, commande un verre d’eau minérale au barman. Soudain, elle se tord de douleurs et s’effondre. Le barman, étonné, gouta la mixture. Mal lui en prit puisqu’il fut brulé à la bouche.(Corse matin)

21 juillet 1987 : « Taglio-Isolaccio : Un allemand meurt électrocuté par son réfrigérateur »

Publié le 5 février 2017 à 6:40

L’isolation était certainement défectueuse. Elle est à l’origine de la mort d’un ressortissant allemand, Manfred Kastnor, 36 ans, installé en Corse depuis plusieurs années. (Corse matin)

18 juillet 1987 : « Quittes pour la peur »

Publié le 5 février 2017 à 6:30

 Deux jeunes gens de Suisse traversant en voiture E Calanche voulurent changer d’émission de radio. Résultat ? Une descente au ravin interrompue par un arbre se trouvant dans l’axe du trajet. Une mésaventure se terminant à bon compte pour ces visiteurs helvètes.  (Corse matin)

18 juillet 1987 : « Il percute une voiture...en doublant un âne »

Publié le 5 février 2017 à 6:30

« D’après l’enquête de la gendarmerie d’Aleria, c’est en plein centre du village de Tallone, alors qu’il s’était déporté sur la gauche pour doubler un âne, que M Albert Angeli, retraité, demeurant à Tallone, a percuté la voiture qui arrivait en face, conduite par Claude Ciantioni, ingénieur demeurant à Pont-à-Mousson » (Corse matin)

5 juillet 1987 : « Un gendarme mobile met fin à ses jours à la Marana »

Publié le 5 février 2017 à 6:20

Arnaud Chamalbide a laissé un court message se terminant par « adieu l’escadron ! » (Corse matin) 

6 mars 1983 : "126 bouteilles de pastis disparaissent à Oletta "

Publié le 4 février 2017 à 9:30

Au cours de la nuit de vendredi, un vol de spiritueux a été commis au préjudice de M. Jean-Bernard Forzo, propriétaire du restaurant Le Chalet à Oletta. Le ou les auteurs se sont introduits dans le garage du restaurant et on fait main-basse sur 126 bouteilles de pastis.(Corse matin)