Hier en Corse


Corse Matin : 40 ans d'archives

Articles

11 septembre 1974 : « Balade au coeur du « Pianu » à Levie »

Publié le 26 novembre 2018 à 10:20

 Le Pianu peut s’enorgueillir de ses richesses archéologiques. Caleca, Capula et Cucuruzzù sont en passe d’être parmi les plus réputés de l’ile.

A Capula, M. de Lanfranchi et ses étudiants de l’école de fouilles de Levie ont travaillé cette année encore tout au long du mois d’août. Depuis début 1974, un menhir ainsi que des maisons du Moyen-Age ont été mis à jour. « Pour moi, il est intéressant et significatif d’avoir découvert cette statue. En l’état actuel de nos recherches, il nous manque encore la base et la partie supérieure du menhir, mais nous avons retrouvé les deux tronçons intermédiaires qui s’ajustent parfaitement » nous informe M. de Lanfranchi.

« Nous en avons trouvé un morceau dans le sol et le second dans le mur d’enceinte Est. La pierre découverte à même la terre porte gravée sur une face une épée en bas relief tandis que l’autre côté comporte une sculpture de cuirasse avec canelure. Nous avons ainsi des preuves que ce sont des gens du Moyen-Age, vraisemblablent entre le 9ème et le 12ème siècles, qui l’ont cassé et l’on placée dans le mur. »

Il faut voir selon lui une évolution des coutumes et croyances, le menhir perdant à cette époque sa signification première. Les archéologues ont retrouvé un autre menhir cassé et qui avait été réemployé pour l’aménagement d’un foyer du Bas Empire.

M. de Lanfranchi dispose d’une « carte de lecture de l’histoire du passé » selon un procédé cher aux spécialistes : l’étude de la coupe stratigraphique du terrain. Après deux ans d’ouvrage la maison a livré quelques-uns de ses secrets grâce à l’analyse de cette coupe où la terre a été « taillée » de façon à mieux pouvoir la lire.

C’est ainsi qu’à deux mètres de profondeur se situent les vestiges de l’âge du fer. On y trouve un foyer de forme rectangulaire avec un fond en terre d’argile cuite.

Au-dessus, on a localisé un foyer, de forme circulaire celui-là, datant de l’âge du fer également.

Mais ce qui passionne, c’est la balade que l’on peut désormais faire parmi les « maisons du Moyen-Age ». Sur le plateau se trouvent trois maisons dont les contours ont été délimités avec précision et qui permettent d’avoir une certaine idée de la vie de nos ancêtres. Les chercheurs ont trouvé là une assise de pierre semi-circulaire installée sous un auvent rocheux, où les habitants s’abritaient.

A un mètre du niveau zéro, on entre dans la couche dite du « bas empire » (romain, 3ème siècle de notre ère) avec des vestiges déjà découverts il y a un an. En remontant ainsi vers la surface on retrouve d’abord le Moyen-Age ancien caractérisé par des foyers d’argile cuite, puis le Moyen-Age récent avec la fameuse « Tegghia ». Les blocs sont disposés en demi-cercles autour du foyer dont le centre est occupé par une pierre plate chauffée sur laquelle ont faisait cuire les aliments…

Les fouilles ont vu les chercheurs recueillir des morceaux de céramique datant du Moyen-Age récent. Ces poteries semblent importées de Pise ou Gênes.

Le chantier n’en est qu’à ses débuts. Chaque pièce découverte est répertoriée avant d’être placée dans les armoires du Musée de Levie. Des études seront faites cet hiver pour arriver au but final : soulever un morceau du mystère planant sur le passé de la Corse de la nuit des temps à aujourd’hui. (JP Gherardi)



Catégories : Années 70, Alta-Rocca, Culture et Patrimoine