Hier  en  Corse


Corse Matin : 40 ans d'archives

Articles

1er fevrier 1998 :« Madame la gardienne de phare »

Publié le 14 décembre 2018 à 0:00

 La Chiappa : un rocher serti d’un maquis dense et odorant. Nous dominons la mer. Sur le rocher, un phare, blanc et rouge, est planté là depuis le XIXème siècle.

Plusieurs générations de gardiens se sont succédé à ce poste. Les temps ont changé. Le phare s’est automatisé, l’électricité a remplacé le pétrole, et les machines, l’homme. Annie Santelli est sa dernière gardienne.


« Je suis là depuis 1979 et je vais bientôt fêter mes vingt ans de résidence. Je suis en fait gardienne de phare adjointe. A cette époque, j’étais l’épouse du gardien. J’ai été nommée en 1985 après quelques années de formation auprès de mon époux. J’ai ainsi pu remplacer le deuxième gardien qui est parti. Aujourd’hui, il faut l’avouer, je m’ennuie. J’effectue un travail d’entretien, surveille les balises des îles cerbicales, le phare de San Ciprianu. Je signale les pannes éventuelles à Toulon, qui envoie les électromécaniciens de Bonifacio ou d’ailleurs. Il me semble que je suis au bout du monde. »

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était. La Chiappa s’achemine lentement vers une solitude irrémédiable et seul le feu du phare nous fera croire encore que la lumière est signe de vie. « Je crois bien que je serai bientôt remplacée par une machine ! » (Pierre Claverie)



Catégories : Années 90, Par lieu : Extrême-Sud