Hier  en  Corse


Corse Matin : 40 ans d'archives

Articles

15 fevrier 1998 : « Conca : la croix revenue »

Publié le 13 décembre 2018 à 16:15

 Pour les habitants de Conca, « a croce di a punta di l’ortu » a toujours existé, et pourtant…

A la fin du siècle dernier, Charles Susini (Ziu Carulinu) est maire de Conca. Son fils Pierre Baptiste s’est expatrié pour des contrées lointaines. Il vit en Egypte et exerce la profession de géomètre sur le canal de Suez. Mais le pays est en proie à des troubles fréquents dus à la présence étrangère, ainsi qu’à la percée de ce fameux canal.


ZIU CARULINU

Le 14 juillet 1882, Pierre Baptiste Susini périt dans des conditions dramatiques qui seront relatées dans le journal ‘Le Progrès de la Corse’ sous la signature du journaliste Ortoli : « Susini Pierre Baptiste, de Conca, jeune homme de 23 ans et employé au cadastre, fut attaqué à Tantah par une meute de pillards et d’assassins. Il n’eut que le temps de se barricader chez lui, et la bataille commença, terrible et sans merci. Les assassins furent exaspérés par sa résistance ; partout, ils rencontraient la carabine ou le revolver de notre compatriote qui, la lèvre frémissante, les yeux injectés de sang, semblable à un lion au milieu de tigres altérés, portait la terreur et la mort au milieu de ses ennemis. Déjà plus de cinquante cadavres jonchent le jardin qui entoure sa maison et la bataille continue, toujours implacable et féroce.

Susini Jean Baptiste se voit perdu, mais son courage ne faiblit pas. Une lutte au corps au corps. Le stylet corse commence son œuvre. Ainsi qu’un lion furieux, il va de l’un à l’autre, semant partout les cadavres, jusqu’à ce qu’accablé par le nombre, il tombe pour ne plus se relever. Honneur à toi, Corse des anciens jours ! Honneur à ta vaillance et à ton courage ! »

En 1883, son père fait ériger une croix sur la Punta di l’Ortu. Une croix tournée vers l’Egypte. Usée une première fois par le temps et l’érosion, elle est remplacée en 1952 par Charles Susini, petit-fils du premier. En 1997, Simon Paul Susini reprend le flambeau et la remplace avec les membres de sa famille et l’aide d’amis. Bénie par l’abbé Serge Casanova de Porto-Vecchio, elle retrouve sa place sur les hauteurs de Conca.

Espérons qu’elle y restera longtemps, gardienne du souvenir pour des générations de jeunes du village qui, le dimanche, « monte à la croix » pour contempler Conca et l’Egypte à l’horizon. (Guy Profizi

 Pour les habitants de Conca, « a croce di a punta di l’ortu » a toujours existé, et pourtant…

A la fin du siècle dernier, Charles Susini (Ziu Carulinu) est maire de Conca. Son fils Pierre Baptiste s’est expatrié pour des contrées lointaines. Il vit en Egypte et exerce la profession de géomètre sur le canal de Suez. Mais le pays est en proie à des troubles fréquents dus à la présence étrangère, ainsi qu’à la percée de ce fameux canal. Le 14 juillet 1882, Pierre Baptiste Susini périt dans des conditions dramatiques qui seront relatées dans le journal ‘Le Progrès de la Corse’ sous la signature du journaliste Ortoli : « Susini Pierre Baptiste, de Conca, jeune homme de 23 ans et employé au cadastre, fut attaqué à Tantah par une meute de pillards et d’assassins. Il n’eut que le temps de se barricader chez lui, et la bataille commença, terrible et sans merci. Les assassins furent exaspérés par sa résistance ; partout, ils rencontraient la carabine ou le revolver de notre compatriote qui, la lèvre frémissante, les yeux injectés de sang, semblable à un lion au milieu de tigres altérés, portait la terreur et la mort au milieu de ses ennemis. Déjà plus de cinquante cadavres jonchent le jardin qui entoure sa maison et la bataille continue, toujours implacable et féroce.

Susini Jean Baptiste se voit perdu, mais son courage ne faiblit pas. Une lutte au corps au corps. Le stylet corse commence son œuvre. Ainsi qu’un lion furieux, il va de l’un à l’autre, semant partout les cadavres, jusqu’à ce qu’accablé par le nombre, il tombe pour ne plus se relever. Honneur à toi, Corse des anciens jours ! Honneur à ta vaillance et à ton courage ! »


En 1883, son père fait ériger une croix sur la Punta di l’Ortu. Une croix tournée vers l’Egypte. Usée une première fois par le temps et l’érosion, elle est remplacée en 1952 par Charles Susini, petit-fils du premier. En 1997, Simon Paul Susini reprend le flambeau et la remplace avec les membres de sa famille et l’aide d’amis. Bénie par l’abbé Serge Casanova de Porto-Vecchio, elle retrouve sa place sur les hauteurs de Conca.

Espérons qu’elle y restera longtemps, gardienne du souvenir pour des générations de jeunes du village qui, le dimanche, « monte à la croix » pour contempler Conca et l’Egypte à l’horizon. (Guy Profizi)


Catégories : Années 90, Personnages