Hier  en  Corse


Corse Matin : 40 ans d'archives

Articles

27 janvier 1961 :« Le Dr Bombard veut étudier le comportement physiologique des pêcheurs corses »

Publié le 11 janvier 2019 à 6:15


 C’est dans tout un programme d’étude de l’hygiène maritime que s’inscrit l’actuel périple du Dr Bombard en Méditerranée. Il nous a reçu hier à bord de son voilier-laboratoire « La Coryphène ».

L’hygiène des marins-pêcheurs et leur état de santé a de longues dates intéressés les services spécialisés qui ont profité des compétences du Dr Bombard pour lui demander une étude que le légendaire « navigateur solitaire barbu » a commencé ce mardi 24 janvier.

Il s’agit de déterminer le bilan, par des études comparatives, de la vie du travail en mer. Des études basées sur des examens médicaux. Des études physiologiques axées sur la personne des marins-pêcheurs pour d’améliorer des santés dont certains défauts professionnels ne font aucun doute.

Le Dr est aidé de compagnons stables. On trouve entre autres deux plongeurs, un maitre d’équipage, deux équipiers scientifiques suisses, un Neufchâtelois et un Genévois , l’un étudiant les problèmes d’alimentation, l’autre ceux du déchaussement des dents chez les pêcheurs.

Le Dr Bombard descendra jusqu’en Sicile et poussera jusqu’à Malte pour y étudier les problèmes d’arthritisme aigu des membres inférieurs des pêcheurs, allant parfois jusqu’à la perte des doigts de pied. On sait que ces pêcheurs, travaillant à la madrague, sont très souvent immergés jusqu’à la ceinture, dans ce que le Dr appelle les « chambres de la mort ».

Cette étude a été demandée par des autorités italiennes et par l’office des pêches de Newcastle.

A Ajaccio, il étudiera le problème de nos pêcheurs qui sont des gens à rester très peu de temps en mer, de 2 à 8 heures du matin généralement. Les pêcheurs sont ici « à l’état pur » nous explique le Dr. L’examen auquel il soumettra quelques hommes portera sur des examens cardiaques et de sang, pour voir si en quelques heures de pêche, l’organisme des pêcheurs corses subit des modifications. Hier, c’est grâce au Dr Guglielmi qu’Alain Bombard a pu prendre contact avec eux. Il les retrouvera dans un mois pour les examiner en mer.

Ceci en plus des recherches océanographiques qui ont été demandées par différents organismes de santé.

Nous avons évoqué avec le Dr Bombard la déclaration de M. Baissas, directeur de cabinet du commissaire à l’Energie atomique. En effet, M. Baissas a déclaré : « Il n’y aura pas d’expériences d’immersions de déchets radioactifs en Méditerranée sans l’accord préalable des riverains. » Le Dr Bombard pense qu’il faut éviter de plonger des déchets radioactifs. (Paul Furby)



Catégories : Années 60, Personnages, Société